Les voyous du ballon

Dans n’importe quelle boîte, un tel comportement vaudrait un licenciement pour faute grave. Pas au PSG ! Les millionnaires du club chéri de Sarkozy auront juste droit à une mise en garde. On ne saque pas des poules aux oeufs d’or qui se conduisent comme des voyous.

Si vous ne suivez pas l’actualité du ballon rond, vous ignorez sans doute que, lors du match PSG-OM, « les Parisiens ont dégoupillé », selon l’euphémisme du Monde ». En clair, les stars du PSG, Neymar, Paredes et Kurzawa ont pété un plomb quand l’ennemi héréditaire, l’OM, a marqué un but et battu le PSG pour la première fois depuis neuf ans. A la fin du « classico », l’arbitre a décerné 17 cartons dont 5 rouges, record battu. Le foot professionnel est vraiment un sport de gentlemen ! Les aimables millionnaires du ballon rond traitent leurs adversaires de racistes, leurs supporters - le « Collectif Ultra »- déploient des banderoles homophobes contre les Marseillais : « PSG-OM : 9 ans de sodomie en bande organisée ». La finesse de la pensée, l’élégance de la langue ! Et, à la fin, tout le monde se fout sur la gueule, devant 5000 spectateurs, dont Nicolas Sarkozy et Anne Hidalgo, la maire de Paris. 

Que croyez vous qu’il arriva ? La charmante ministre des Sports s’est dite « choquée et indignée » et en a appelé à la responsabilité des joueurs, des entraîneurs, des clubs et des instances. Comment dit-on en roumain, la langue d’origine de la ministre : « Autant pisser dans un violon ». L’entraîneur du PSG n’a rien entendu de raciste. Mais, toujours élégant, la diva Neymar insiste : le joueur de l’OM Gonzales l’a traité de « singe, fils de pute ». Et les deux voyous du foot ont continué à s’insulter sur les réseaux sociaux. On rigolerait de ces caprices de cour de récré s’il ne s’agissait pas de « dieux du stade », de modèles pour les jeunes des banlieues qui claquent jusqu’à 85 euros pour se payer un maillot du PSG. S’il ne s’agissait pas de footballeurs achetés des millions par des dirigeants à l’ego sur-dimensionné. S’il ne s’agissait pas du sport le plus populaire, qui brasse des milliards et provoque des débats enflammés au bistrot. 

Ces voyous du foot n’ont peur de rien. Alors que la France se protégeait du virus meurtrier, Neymar, Marquinos, Di Maria, Paredes et leurs copains du PSG ont été faire la fête dans une boîte de nuit à Ibiza, où le virus circulait activement. Résultat : ils ont chopé le Covid-19 et ils ont été confinés. Le PSG a dû demander le renvoi du match contre Lens. Faute professionnelle ? Vous rêvez ! On ne sanctionne pas Neymar, que l’émir du Qatar a payé 222 millions. 

Par une fâcheuse coïncidence, le patron du PSG, le quatari Nasser Al-Khelaïfi comparaît devant le tribunal pénal fédéral suisse. Pour une « accusation sans fondement », assure son défenseur, l’élégant avocat genevois Me Marc Bonnant ! Une peccadille : « instigation à gestion déloyale aggravée et corruption passive répétée », passibles de 5 ans de prison. En clair, Al-Khelaïfi est accusé d’avoir donné à Jérôme Walke, l’ex-secrétaire général de la FIFA, des pots-de-vin d’environ 2 millions pour faire attribuer aux groupes qataris Al-Jazeera et BeIn Médias les droits médias pour les coupes du monde de foot 2026 et 2030. Un comportement de voyou en col blanc. Ce procès du marécage politico-sportif a lieu quelques semaines après le scandale de la démission du procureur fédéral suisse, Michael Lauber, coupable d’avoir rencontré secrètement le président de la FIFA, pour l’informer des enquêtes lancées contre lui. 

Mais dans ce monde feutré et corrompu des mafieux du foot international, on ne s’engueule pas en public, comme les vilains gamins du PSG. On se parle en langage codé et châtié, entre maîtres du barreau grassement payés. On négocie aussi un accord amiable secret pour faire retirer une plainte. Vous comprenez maintenant pourquoi les bruyantes mauvaises manières de Neymar et de ses potes du PSG n’inquiètent pas les dirigeants. Ils pensent sûrement comme le disait Chirac dans son langage fleuri : « Cela m’en touche une sans faire bouger l’autre ». 

Lien permanent 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel