Tous idiots informatiques

"J’ai toujours rêvé d’un ordinateur qui soit aussi facile à utiliser qu’un téléphone. Mon rêve s’est réalisé : je ne sais plus comment utiliser mon téléphone". C’est le célèbre professeur danois de science informatique Bjarne Stroustrup qui a énoncé cette vérité. Nous vivons une époque formidable : tous connectés, tous équipés d’un smartphone et d’un ordinateur. Et tous incapables d’utiliser pleinement les possibilités extraordinaires de ces merveilles informatiques. 

Depuis quarante ans, j’ai acheté une collection de téléphones mobiles et d’ordinateurs, tous plus coûteux les uns que les autres. Je suis un idiot informatique qui sait pianoter sur mon clavier, chercher des informations sur Google, envoyer un mail, prendre des photos ou une vidéo. J’utilise environ 30% des possibilités des machines que j’ai payées des centaines d’euros. Parce que personne ne vous apprend l’informatique, alors qu’il est impossible de vivre sans ordinateur. Pour communiquer, payer vos impôts, commander un billet d’avion, chercher un restaurant. Ne croyez pas que les ados qui pianotent à toute vitesse des deux pouces sur leurs smartphones en savent plus que vous. Ils sont champions des réseaux sociaux et des jeux vidéo. Mais ils sont aussi incultes que vous en informatique. D’ailleurs, ils s’en foutent complètement. Le smartphone, ça leur sert à envoyer des photos sur Instagram, à raconter sa vie sur Facebook, à faire l’idiot sur TikTok, à envoyer des SMS dans une langue inconnue des parents. Et surtout pas à téléphoner. Et ne comptez pas sur les profs pour les initier au computing. Une partie du corps enseignant craint comme la peste l’ordinateur auquel les profs ne comprennent rien et qui les prive de leur supériorité sur leurs élèves. En France, une volée de plans ambitieux devait initier tous les élèves à l’informatique. Mais il ne suffit pas de proclamer que "le numérique est une réponse à l’inégalité des chances à l’école". Il faut aussi que les budgets soient votés pour acheter des ordinateurs et former les profs au numérique. Quand le confinement a obligé les profs à enseigner à distance, tout le monde a vu que la plupart étaient incapables d’utiliser les outils informatiques. Enseigner à distance, ce n’est pas se planter devant une caméra pour réciter son cours ! Pendant qu’en France, les experts dissertent gravement sur "le numérique au service de l’École de la confiance", les petits Allemands s’initient à la programmation. Pas pour devenir informaticien, mais pour acquérir une culture informatique et comprendre que leur smartphone est un petit ordinateur qui ne sert pas seulement à déconner avec les copains. Une partie de la population française est frappée d’illectronisme, c’est-à-dire incapable d’utiliser un ordinateur ou un smartphone. 9 Français sur 10 ont un ordinateur, un smartphone ou une tablette. Mais 1 sur 4 ne sait pas s’en servir. Faute d’Internet, ces exclus renoncent à demander une aide sociale, à chercher un emploi, à contacter leurs familles ou à acheter un billet de train. Si vos croyez qu’il est facile à 75 ans de maîtriser une souris informatique et un clavier, de comprendre le langage informatique, la mémoire vive, le cloud, le Web, l’application StopCovid ou de remplir sa déclaration d’impôts !

Nous sommes tous des idiots informatiques quand nous utilisons notre smartphone ou notre ordinateur pour communiquer. Faute de culture informatique, nous ignorons que nous laissons des traces à chaque fois que nous surfons sur Internet, que Google, Facebook et WhatsApp sont des aspirateurs de nos précieuses données personnelles. Les géants du Net nous suivent à la trace, ils savent tout de nous, de nos besoins, de nos envies, de nos achats. Bien sûr, quand nous réservons un séjour de vacances, nous avons remarqué que Google nous propose des adresses. Mais comme personne ne nous a jamais expliqué à quoi servent les algorithmes et que nous ne voulons pas nous prendre la tête, nous trouvons que Goggle est plutôt sympa ! Les réseaux sociaux nous poussent à partager nos vies et nous, idiots que nous sommes, nous livrons gratuitement nos données qui rapportent des milliards aux GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple). Pire encore, nous tombons dans toutes les arnaques,  comme des enfants de chœur : le smartphone à 1 euro, les placements financiers à 15%, les pièces jointes qui cachent un virus, les concours débiles qui nous feront millionnaires ! On a beau nous expliquer qu’il ne faut pas donner les adresses mail de tous nos correspondants, nous le faisons quand même et nous livrons de précieuses données aux publicitaires qui vendent nos adresses et aux pirates d’Internet, qui veulent contrôler nos ordinateurs. Ah, j’oubliais : nos mots de passe. Nous persistons à choisir notre date de naissance, une suite de chiffres 1,2,3,4,5,6 ou la date de la prise de la Bastille. Nous ignorons qu’un informaticien mettra moins de 30 secondes à trouver notre mot de passe et à prendre le contrôle de notre ordinateur. Ça arrive tous les jours et les pirates gagnent des fortunes en bloquant les serveurs informatiques et en demandant une rançon. Le journaliste français Luc Fayard a raison :  L’informatique est l’alliance d’une science inexacte et d’une activité humaine faillible. 

Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.